Après ses propos controversés sur « les noirs et les arabes », Eric Zemmour s’en prend à Christiane Taubira, nouvelle garde des Sceaux sur les ondes RTL. Il affirme que la ministre aurait « choisi ses victimes, ses bourreaux. Les femmes, les jeunes des banlieues sont dans le bon camp à protéger, les hommes blancs dans le mauvais. »

Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) dénonce une «chronique haineuse, raciste et misogyne». Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, condamne la «haine quotidienne» délivrée par ces chroniques.

L’ancien magistrat, Philippe Bilger quand à lui, défend Eric Zemmour au nom de la liberté d’expression, mais estime que ses propos tenus à l’égare de Mme Taubira sont «infiniment outranciers et discutables». Zemmour va-t-il donc trop loin ? A-t-il dépassé les limites de la liberté d’expression ?