Il est toujours agréable de voir l’UMP et le gouvernement Fillon s’entre-déchirer. Depuis que Laurent Wauquiez a proposé de plafonner les minimas sociaux tout en exigeant une contrepartie en terme d’heures de travail pour les bénéficiaires du RSA, une certaine tension règne dans la majorité présidentielle.

Ce matin, le petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité n’a pas été une partie de plaisir. Fillon a dû reprendre l’impertinent Wauquiez pour cette sortie “sans concertation”. La situation, en effet, est assez ridicule : alors que la majorité s’active à célébrer le bilan du quinquennat Sarkozy, Wauquiez trouve pertinent de s’employer à le détruire en s’attaquant à une réforme phare du gouvernement Fillon : le RSA.

Pour Fillon, la majorité doit rester soudée et défendre ce bilan et, surtout, ne pas “jeter le discrédit sur la réforme du RSA”.

Sur ce point, Fillon a été rejoint pas sa ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, en soulignant que l’initiative de Wauquiez avait plus à voir avec la “beaufitude” et des “propos de comptoirs” qu’avec une véritable réflexion.