Nous sommes le 17 mai 2013 et la loi sur le mariage pour tous est adoptée en France par 331 députés en sa faveur. La loi Taubira, nous fait devenir le 14e pays au monde à autoriser le mariage homosexuel et le 9e pays européen. Que ce soit pour les “pro” ou pour les “anti“, cette date ne risque pas d’être oubliée. Cependant, il semblerait suivant une étude américaine, qu’en l’occurrence la loi fait bouger les mentalités. Le mariage pour tous a un impact positif sur les discriminations. 

Six ans après, le temps des bilans commence, même si pour de nombreux et farouches opposants, la guerre n’est pas finie. Toutes les occasions sont bonnes, pour ces militants opposés à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, pour remettre en question le bien-fondé de cette loi. Il reste, que les opinions sont une chose et les faits en sont d’autres. 

Dernièrement, une étude américaine a mis en évidence concernant les Etats-Unis, que le regard sur les personnes LGBT changeait significativement grâce à l’ouverture du mariage. Elle établit une corrélation entre adoption du mariage pour tous et baisse des préjugés envers les personnes homosexuelles. Le cas des Etats-Unis est intéressant, car la législation durant un moment a été différente, suivant les Etats, avant que la Cour suprême impose sa légalisation dans tout le pays en juin 2015. 

960 000 personnes entre 2005 et 2016, ont été entendus sur la question. Le résultat est sans appel, les États américains ayant autorisé le mariage entre personnes de même sexe, ont observé une baisse significative des préjugés envers les citoyens LGBT.

Évidemment, ce qui est valable pour un pays, ne l’est pas forcément pour un autre. Cependant, en 2016, un sondage montrait que 63 % des Français pensaient, que les familles homoparentales sont des familles à part entière. C’était une hausse de 2 points par rapport à 2014. De même, en 2017, 60 % des Français étaient favorables à l’élargissement de la PMA aux couples lesbiens. Ils n’étaient que 47 % en 2013. 

S’il est évident, que bien souvent les lois vont plus vite que les mentalités profondes, il n’en demeure pas moins, que l’action du législateur et des gouvernements représentatifs, influe sur le changement d’attitude des citoyens. Les lois sont porteuses de changement. A ce sujet, Eric Hehman, auteur principal de l’étude et professeur au département de psychologie de l’Université McGillen, explique que cela permet aussi d’aider à faire accepter des situations a priori contraires aux positions religieuses ou politiques de certains.

Crédit photo : juliette-f