Les plus optimistes diraient que la vie reprend tout simplement ses droits. En effet, le site de Tchernobyl, après avoir été déserté, est maintenant envahi par de nombreux touristes. Les autorités ont maintenu une zone de sécurité inhabitable entourant la centrale dans un rayon de 30 kilomètres, mais une petite partie a été ouverte aux touristes qui se pressent surtout pour voir les lieux où s’est tourné, “Chernobyl” la mini-série à succès de la chaîne américaine HBO.

Nous sommes en 1986, l’explosion du réacteur d’une centrale nucléaire, de ce qui est encore l’Union soviétique, répand un nuage radioactif dans toute l’Europe. Cette catastrophe amène à condamner tout le secteur environnant de la centrale qui devient un lieu maudit.

Nous sommes en 2019 et tout cela est aussi devenu le scénario d’une série télé. La zone n’est plus maudite, elle devient tendance. De fait, une horde de touristes se pressent pour venir voir les lieux de tournage. A ce propos, nombreux se rendent compte avec un peu de déception, que les lieux vus dans la série ont été en fait, majoritairement tournés en Lituanie. Cependant, la fréquentation est en hausse de 50 000 visiteurs en 2017, ils étaient 72 000 en 2018 à visiter Tchernobyl. L’année 2019, devrait voir arriver 100 000 visiteurs.

Le plus dramatique dans tout cela, c’est l’aspect anarchique et irrespectueux que prend cette ruée qui n’est plus vraiment “touristique”. Il n’est pas question de se renseigner ou de suivre un guide local pour en apprendre davantage. Difficile de maintenir un minimum de respect pour toutes les personnes qui ont souffert et se sont sacrifiées. Ce qui compte, c’est le fameux selfie pris sur le lieu où la série a été filmée. Dans les semaines ayant suivi la diffusion de Chernobyl, on a pu découvrir des personnes en sous-vêtements sexy, à Pripiat, la ville fantôme évacuée après l’explosion. Pire encore, le “nec plus ultra”, c’est un souvenir qui prend la forme d’un bout de “n’importe quoi” décroché d’un mur ou autre, et emporté sans se poser de questions. Oleksandre Syrota, du Centre d’information explique, “même nous, les natifs de Pripiat, nous ne nous autorisons pas à sortir nos propres affaires d’ici“, et elle rajoute “nous sommes surpris quand nous les voyons sur eBay“.

Pour le gouvernement ukrainien, c’est avant tout une aubaine financière. Le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky, a signé un décret visant à encourager le développement touristique du site. Comme souvent, certains se sont montrés très “réactifs”. Des agences de voyages ukrainiennes proposent la visite des sites clé de la série, tout en proposant des activités supplémentaires, comme du kayak dans les rivières environnant la zone d’exclusion.

Pour Laroslav Lemelianenko, président de l’association des guides de Tchernobyl, un effort doit être fait pour rappeler à tous, que l’Ukraine a malgré tout, réussi à surmonter un tragique accident. A la manière d’autres endroits tragiques, il faut se souvenir, que pour les victimes et les familles, qui souffrent encore des conséquences, tout ceci n’a pas été de la fiction ou un jeu vidéo.

Crédit photo : hoshino ai