statue capitole_photo de povpovpovLe président iranien Hassan Rohani au cours de sa visite au musée du Capitole de Rome lundi 25 janvier, n’a pas vu certaines statues, dissimulées derrière des paravents. Cette initiative prise par respect pour la culture et la sensibilité de l’Iran fait naitre diverses polémiques dans la péninsule.

La visite du président iranien devait donc passer par ce site prestigieux, permettant au président du Conseil italien, Matteo Renzi, de rappeler la richesse historique des deux pays, assurant qu’ils avaient en commun d’être “deux superpuissances de la beauté et de la culture“. Cependant, la vision de la beauté ne passe visiblement pas du côté iranien, par les Vénus aux seins nus et autres Éros en tenue d’Adam qui n’ont pas obtenu l’autorisation d’une inspection préalable de la délégation diplomatique iranienne. Un voile pudique, sous la forme de paravents, a donc été installé lors de la visite de la délégation iranienne. En terme de concession, pour ménager la sensibilité de son hôte, l’Italie a également accepté de retirer le vin d’un déjeuner avec le président Sergio Matterella, et d’un dîner avec Matteo Renzi.

Tout ceci a suscité de nombreuses réactions, et en a énervé plus d’un, le quotidien de gauche L’espresso a déclaré, “quelle honte d’avoir couvert les statues du Capitole pour la visite de Rohani“. Pour le journal libéral “Il foglio”, “l’Italie met des burqas à ses statues“. Bien sûr, le parti anti-immigrés de la Ligue du Nord a dénoncé un “énième acte de soumission à une culture qui ne nous appartient pas. Le gouvernement semble avoir honte de nos racines et de notre histoire. Faut-il mettre le hijab aussi aux œuvres d’art au nom de l’intégration” ?

Plus pragmatiques et moins énervés, les radicaux rappellent “qu’il y a seulement sept mois, toujours par respect, les affiches de l’exposition de Tamara de Lempicka ont été couvertes pour la visite du pape dans notre ville laïque de Turin. Personne ne s’en était scandalisé“.

Dans la catégorie diplomatie, en France pour organiser la rencontre, l’Iran avait demandé un menu halal et la suppression des bouteilles d’alcool à table. La France avait indiqué qu’elle ne pouvait accepter, l’usage voulant qu’une sélection de vins français soit proposée au cours de repas officiels organisés à l’Élysée. L’idée d’un petit-déjeuner avait alors été évoqué, mais rejeté par Téhéran. Finalement, Hassan Rohani sera reçu à l’Élysée par François Hollande et Laurent Fabius à….15 heures.

Crédit photo : povpovpov