François Hollande n’est pas encore officiellement investi Président de la République, mais Valérie Trierweiler semble bien décidée à montrer qu’elle ne sera pas une première Dame aux fonctions uniquement décoratives. D’après le Parisien, elle s’est chargée elle-même d’indiquer sèchement le chemin de la sortie à Julien Dray, hier matin  à l’occasion d’un pot réunissant quelques 300 personnes ayant participé à la campagne de François Hollande.

Julien Dray ne s’est pas fait que des amis en invitant conjointement Hollande et DSK pour son anniversaire dans une boîte parisienne douteuse, le « J’ose ». Averti a temps, Hollande a évité le traquenard tendu par Dray, qui semble en vouloir à la famille socialiste qui ne l’avait pas soutenu dans une affaire de mouvements suspects.

Surement très humiliant pour Dray de se faire rembarrer comme un malpropre par la compagne du président devant des yeux indiscrets, alors qu’un mot discrètement glissé par un proche aurait peut être suffit à faire fuir l’indésirable.

Valérie Trierweiler, qui ne veut pas être une première dame potiche, a-t-elle eu raison de se comporter comme un rottweiler à la porte du QG de Hollande, pour reprendre le jeu de mot douteux de Lionel Lucas ?