Ce ralliement serait apparu impensable, il y a encore quelques mois, mais de nombreuses déclarations et attitudes actuelles donnent plus de corps à l’hypothèse d’un soutien de Philippe de Villiers à Marine Le Pen. Il semblerait, que les deux fervents souverainistes n’ont jamais été aussi proches.

Du côté de Philippe de Villiers, des déclarations du type, “elle a une carrure présidentielle. Sa main ne tremblera pas lorsqu’il faudra prendre des décisions douloureuses”, avait enclenché l’hypothèse. Cependant, le leader vendéen n’a pas encore officiellement franchi le pas, et annoncer son ralliement.
Pourtant, il a de nombreux points de convergence avec la vision de Marine Le Pen, à savoir une même défiance pour l’immigration et l’islam. Dans son essai paru en 2016, “les cloches sonneront-elles encore demain”, il met en garde contre “l’islam conquérant”. Il partage aussi avec le FN une certaine admiration pour Vladimir Poutine. Il a déclaré en 2014, après une rencontre avec le dirigeant russe “quel homme d’État”. C’est plutôt au niveau sociétal, que Philippe de Villiers et Marine le Pen ont quelques différences, le premier étant un fervent catholique, il est plus attaché à l’opposition, à l’avortement et aux mariages pour tous que la seconde.
Soyons clair, Philippe de Villiers est en retrait de la vie politique depuis huit ans et ne pèse plus en tant que représentant de parti. Cependant, il reste une référence aux yeux d’un électorat de droite que le Rassemblement Bleu Marine, voudrait bien capter pour agrandir sa base électorale. L’ancien député eurosceptique, s’est reconverti dans l’écriture d’ouvrages sur la prétendue “islamisation de la France”. Avec un certain succès, son dernier essai, a longtemps figuré parmi les meilleures ventes de livres. Il fait partie des personnalités comme Éric Zemmour, Patrick Buisson ou Robert Ménard, qui peuvent permettre un début de recomposition de la droite autour du FN et non plus autour de LR. Un processus, qui pourrait s’accélérer en cas de défaite sévère de François Fillon.
Le ralliement du créateur du Puy du Fou, pourrait aussi donner quelques entrées et favoriser l’implantation du FN dans le grand ouest où le Parti frontiste a toujours eu du mal à conquérir des terres historiquement acquises à la droite traditionnelle.

Crédit photo :  Sergio Foo_biker