Alors que la conférence de Tunis a été boycottée par la Chine et la Russie, cette dernière ayant même évoqué le côté « unilatéral » des propositions faites pour résoudre la crise syrienne, Alain Juppé, chef de la diplomatie française, veut saisir la Cour pénale internationale.

Alain Juppé sera aujourd’hui devant le conseil des droits de l’homme de l’Onu, à Genève, afin de demander une condamnation pour Bachar Al-Assad et ses proches dans le cadre des violences en Syrie. Un mandat d’arrêt pourrait être demandé contre le président syrien.

La diplomatie française sera-t-elle en mesure de résoudre la crise ?