Le journaliste, réalisateur et maintenant homme politique, François Ruffin, a une nouvelle fois manié la provocation et réussi un parfait “buzz”. C’est dans l’hémicycle de l’Assemblée, qu’il a déclenché un mini-scandale en se présentant habillé d’un maillot d’un petit club de football en soutien à une proposition de loi pour taxer les gros transferts. Le député insoumis, s’est vu infliger ce jeudi une sanction pécuniaire par le président de l’Assemblée, pour “extravagance vestimentaire”.

A la tribune de l’Assemblée, François Ruffin a enlevé son pull, et il a arboré le magnifique maillot vert de l’Olympique Eaucourt, club de la commune d’Eaucourt-sur-Somme. Celui, qui a co-écrit en 2014 “comment ils nous ont volé le football – la mondialisation racontée par le ballon, voulait ainsi attirer l’attention sur tous ces bénévoles « qui lavent, plient et rangent les maillots pour pas un rond ». Il s’agit de défendre une proposition de loi UDI-Agir, visant à taxer les gros transferts pour financer le sport amateur.

Cet épisode n’a pas vraiment été du goût du président de séance Hugues Renson (LREM), qui lui a rappelé “le respect dû à nos débats qui implique une tenue correcte qui soit digne des lieux “. Il a ajouté, “vos extravagances vestimentaires ne rendent pas hommage au travail que nous devons mener dans cet hémicycle”.

Après de multiples palabres, et des remarques du style, “on ne peut pas avoir des huissiers en cravate et des charlots en maillot” à laquelle François Ruffin a répondu être “très fier de faire entrer dans l’hémicycle le visage de tous les gens des petits clubs“. Il a fallu l’intervention du président de l’Assemblée François de Rugy (LREM), pour infliger une sanction au député, et que celui-ci remette son pull.

Ce n’est pas la première fois, que les députés de La France insoumise bousculent les us et coutumes de l’Assemblée, en se présentant régulièrement sans cravate au Palais-Bourbon. Siégeant sous l’étiquette « Insoumis », ils ne veulent pas de ces “codes vestimentaires” imposés pour ne pas rentrer dans le moule. D’ailleurs, en juin, François de Rugy avait consenti à un assouplissement de la règle, notamment sur le port de la cravate et de la veste.

De son côté, Christian Jacob, a fait savoir qu’il souhaitait “qu’on revienne à des tenues dignes, décentes”, reprochant aux « Insoumis » d’être “incapables de se distinguer par leurs idées”.

Un nouveau parfait exemple, qui ravive les discussions sur le fond et la forme.

Crédit photo : Journal Fakir