Sans préambule aucun, et pour rentrer dans le vif du sujet, disons que c’est une mode, ou un concept, qui a pris naissance aux Etats-Unis, et qui s’est implanté en Europe. Il s’agit d’un mode de vie frugal, épurée de toute obligation de consommation à outrance, par exemple, mais le sujet est bien plus vaste.

D’après les propos recueillis par 20 Minutes, il ne s’agirait pas de se priver, mais ce serait plutôt une réflexion menée sur la manière de vivre et de consommer. Non, ce n’est pas un retour à la nature, ou vivre en autarcie, ou en encore vivre en ermite. Ce serait plutôt de vivre plus chichement, en faisant des économies, et pouvoir s’offrir une retraite anticipée d’une vingtaine d’années environ.

Voyons ensemble le profil des personnes optant pour ce mode de vie. Cela concerne principalement les personnes voulant sortir d’un cursus de vie classique, comme par exemple, s’endetter pour avoir une grande maison. Ne nous trompons pas, il s’agit de gens « normaux » travaillant, et gagnant bien leur vie, marié ou non, ayant des enfants ou non, bref des gens comme tout le monde. Ils ne souhaitent plus avoir de contraintes d’aucune sorte, et ils veulent vivre de leurs projets.

Ce sont, des personnes qui ne veulent pas travailler toute leur vie, et prendre leur retraite à 68 ans. Ils préfèrent faire des économies sans se priver, avec pour objectif, d’amasser suffisamment d’argent pour pouvoir se retirer de la vie professionnelle, et avoir une indépendance financière à 40 ans. Epargner, est le mot d’ordre, il faut faire des économies pour tout et sur tout. Par exemple, pour les enfants et leurs études, leurs retraites, etc…

Dans tous les cas, voilà un concept, qui va faire dresser les cheveux sur la tête de ceux qui n’ont même pas les moyens de devenir des « frugalistes », car encore faudrait-il, s’approcher au plus près de l’abondance, pour ensuite s’offrir ce luxe.

Crédit photo : pascal fraboul