C’est ce que le Canard Enchaîné avait prétendu la semaine dernière : Depardieu aurait fait son apparition au meeting de Villepinte pour rétribuer l’intervention de Nicolas Sarkozy dans l’une des affaires financières que le comédien gère à l’étranger. Lors d’une édition spéciale du journal télévisé de Michel Denizot consacrée au candidat Nicolas Sarkozy, l’impertinent Jean-Michel Apathie avait pris le candidat entre deux yeux pour lui demander quelle avait été la nature exacte de son rôle dans cette affaire commerciale qui aurait bien pu tourner vinaigre pour Depardieu sans le concours bienveillant du candidat. Réponse du président, imperturbable, tranquille, (voix tendre et légèrement blessée) : ” Votre référence c’est le Canard Enchaîné, c’est ça ? (réponse positive du journaliste) Ça me fait bien rire alors”.

Il y a de quoi rire en effet, dans la mesure où les sources du Canard ne sont parfois pas révélées, ni même contextualisées. C’est pourquoi l’édition de cette semaine du Canard doit paraître rabat-joie au président et à ceux qui ont “bien rit” à ses côtés au moment lors de son démenti sur Canal +. En effet, l’hebdomadaire satyrique rapporte la date, le lieu ainsi que l’identité partielle (par politesse pour les intéressés) des témoins de la révélation de Depardieu, qui aurait ainsi déclaré dans le Bien Décidé, un restaurant situé rue du Cherche-Midi à Paris, que Nicolas Sarkozy se serait “mis en quatre” pour l’aider à régler des “problèmes” soulevés par l’une de ses affaires à l’étranger. Tout cela un 12 septembre 2011, en présence de deux témoins identifiés comme la journaliste d’un quotidien ainsi que le conseiller d’un ministre.

Qui a dit que seuls les journalistes étaient des Pinocchios ?