Le modèle allemand cité en exemple, le couple « Merkozy » qui s’affiche devant toute l’Europe et fait des JT en commun. Nicolas Sarkozy et l’UMP voueraient donc une admiration sans bornes pour l’Allemagne. Une admiration de circonstance. Le président de la République et son parti ne sont évidemment pas autant germanophiles qu’ ils veulent nous le faire croire.

Au gouvernement, on commencerait même à en avoir marre des exigences allemandes sur le dossier de la crise grecque.  Au Conseil des Ministres François Fillon aurait déclaré que les nouvelles conditions posées par l’Allemagne à la Grèce « étaient inacceptables ». Un point sur lequel le président ne le désavoue pas. « On a évité une guerre civile, il ne faut pas l’Allemagne fasse des demandes additionnelles. On doit s’en tenir à ce qui a déjà été demandé ».

Le petit couple « Merkozy » va-t-il pouvoir continuer à ronronner malgré les désaccords sur la Grèce ?