La-radio-numerique-terrestre_thematique_full

Le développement de la radio depuis la fin du 19èmesiècle, fait d’elle le média préféré des Français selon un sondage Médiamétrie de 2013. Parallèlement, les résultats du 26ème baromètre TNS Sofres/La Croix révèlent que « c’est toujours à la radio que les Français accordent en premier leur confiance avec 54% des sondés qui soulignent la qualité́ de la restitution de l’information ». Seulement depuis quelques années, la radio numérique  marque le nouvel horizon pour les ondes sonore, en effet, le 20 juin 2014, la Radio Numérique Terrestre (RNT) sera lancée à Paris, Marseille et Nice…

Les principes élémentaires de la radio numérique :

La grande liberté qui entoure les radios numériques, est probablement à l’origine de leur succès. On apprend par exemple sur Wikipédia qu’elles bénéficient d’un régime simplifié auprès de la Sacem. Par ailleurs, une grande partie d’entre elles peuvent également choisir de diffuser des contenus sous le régime du copyleft, c’est-à-dire « sans obligation de s’acquitter de redevances sur le droit d’auteur ».

Aujourd’hui, la diffusion des radios numérique fonctionne principalement sous deux modalités, le streaming pour le direct, mais aussi le podcast pour les rediffusions. Là encore, ce principe participe de la popularité du dispositif. Désormais l’auditeur peut sélectionner ses contenus, sans être tributaire des programmes et des horaires imposés par les stations, ni des quotas instaurés par les autorités administratives…

Les webradios trouvent leurs publics :

En février 2014, l’OJD qui contrôle et certifie le dénombrement des médias a montré que 6 348 webradios ont dépassé les 10 heures de diffusion, sur les 8 755 contrôlées. L’éclatement des chaînes prouve lui que le« médium de communication, [est] jusqu’ici destiné à des auditoires relativement restreints, avec un contenu habituellement ciblé pour une clientèle particulière». Ainsi, plusieurs plateformes spécialisées sont répertoriées par le site spécialisé webradios.fr.

Le cas de la webradio Vivoice illustre bien ce phénomène puisqu’elle « a vocation à donner la parole aux experts » pour décrypter les tendances du marché de la création culturelle à l’heure du numérique. Prochainement, Romain Bessi, directeur au groupe Canal + évoquera par exemple la stratégie des contenus culturels français. Si ces émissions contribuent à faire de la toile une source d’information qui séduit de plus en plus les Français, les analyses rappellent que c’est le groupe NRJ qui concentrent les plus fortes audiences sur le net, en inondant le web de leurs contenus amortis sur la FM…

Pohto: @CSA