La police judiciaire de Marseille a réalisé mardi une nouvelle perquisition dans les locaux du conseil général des Bouches du Rhône dans le cadre d’un nouveau volet de l’enquête impliquant Jean-Noël Guérini et son entourage. Les investigations de la police porteraient désormais sur des pots-de-vin pour la construction de maisons de retraite.

Les déboires judiciaires de Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches du Rhône et patron de la fédération socialiste du même département, pourraient à terme embarrasser François Hollande, ardemment soutenu par Jean-Noël Guérini quand il était Premier secrétaire du PS, comme les scores staliniens obtenus par le candidat socialiste dans la région en attestent.

Les affaires Guérini peuvent-elles se transformer en boulet politique pour François Hollande et le parti socialiste ? Les péripéties du PS marseillais sont-elles au contraire trop éloignées de la rue Solférino pour affecter la dynamique de la présidentielle ?