Certaines déclarations ou tweets de Donald Trump, dans le cadre de son mandat peuvent nous faire peur, nous amener à sourire ou tout simplement nous consterner. Cependant, il ne faut pas perdre de vue, que le président est redevenu un candidat à sa réélection. Dans ce cadre, c’est toute une équipe qui va décider de certaines prises de position et si de nombreuses déclarations vont paraître parfois surprenantes, elles seront surtout le résultat d’un calcul souvent très cynique.

C’est le cas des attaques du président contre les 4 jeunes élus démocrates. Les critiques sont dures et polémiques, c’est le but recherché par les conseillers en communication du président. Il ne s’agit en aucun cas d’un énième dérapage, jugé raciste par ses adversaires.

Deux objectifs principaux sont ici visés. Tout d’abord, remobiliser la base de son électorat. C’est une sorte de clin d’œil à toute l’Amérique blanche et fière de l’être. Une manière de rappeler à tous ces gens qui l’ont soutenu depuis le début qu’il n’a pas changé et que c’est pour cela qu’il faut le réélire. Le milliardaire veut remettre un peu de tension entre les communautés. Après tout, c’est ce contexte qui lui a réussi jusqu’ici.

Le 2e objectif consiste à créer des scissions chez les démocrates. En effet, ces 4 jeunes femmes n’ont pas été choisies au hasard pour devenir la cible de ses attaques. Elles représentent l’aile gauche du Parti démocrate et ne font pas l’unanimité au sein de celui-ci. Certains Centristes, leur reproche des prises de position trop extrêmes.

Donald Trump, a d’ailleurs déjà commencé à abattre ses cartes. Dans un tweet, il met en place un bel amalgame en expliquant que les démocrates avaient essayé de prendre leurs distances avec les quatre élues. Maintenant, ils sont “désormais contraints de les défendre et cela veut dire qu’ils soutiennent le socialisme, la haine d’Israël et des Etats-Unis“, CQFD.

David Axelrod, ancien proche conseiller de Barack Obama explique “c’est un calcul froid et cynique”. Venant d’un candidat, ce n’est déjà pas vraiment glorieux, venant de la part du président de la nation, comme il aime à le rappeler la plus grande et la plus puissante, c’est encore plus mesquin et disons le une nouvelle fois, c’est inquiétant.

Crédit photo : bip-america