Le retour de Nicolas Sarkozy, commence à devenir plutôt un chemin de croix qu’une descente de tapis rouge cannoise. Un nouveau sondage Viavoice pour Libération montre que 72 % des Français ne souhaitent pas voir Nicolas Sarkozy se présenter à la présidentielle de 2017. Le plus inquiétant pour l’ancien président, c’est que le doute fait son chemin dans son propre camp ou 64 % des sympathisants de la droite et du centre sont dans la même démarche.

Si on détaille un peu plus les résultats, on découvre qu’ils ne sont que 17 % à plébisciter l’ancien chef de l’État. Au nombre des raisons invoquées pour expliquer ce rejet, 58 % disent ne pas faire confiance au président des Républicains. Une des raisons principales de cette défiance est que pour 68 % de sympathisants de la droite et du centre, et 54 % de sympathisants de LR, déclarent que Nicolas Sarkozy n’a pas changé depuis 2012. Du coup, le fait d’avoir déjà exercé la fonction de président de la République apparaît comme un handicap. Seulement 21 % des sondés pensent aujourd’hui qu’il ferait un bon président. On peut mettre en parallèle que seulement 11 % des personnes interrogées estiment que François Hollande ferait un bon président de la République en 2017. Il apparaît de plus en plus que les Français veulent tourner une page, et ne sont pas partant pour rejouer la même finale qu’en 2012.

Plus inquiétant encore, pour Nicolas Sarkozy, il n’est plus qu’en quatrième position dans son propre Parti dominé par Alain Juppé. Celui-ci continue de faire la course en tête. 45 % des Français estiment en effet, qu’il ferait un bon président, suivi chez “Les Républicains” par François Fillon (29 %), et Bruno Le Maire (23 %). Du coup, ses “amis” n’ont pas voulu renoncer à l’idée d’organiser une primaire de la droite et du centre, alors que Nicolas Sarkozy n’en voulait pas.

Visiblement, il est loin le temps où il apparaissait comme le candidat “naturel”, et qu’il puisse prendre sa “revanche” en 2017 sur François Hollande. Les Français sont certainement plus à la recherche de nouvelles options, de nouvelles idées, de nouvelles pratiques et donc de nouvelles têtes.

Crédit photo :  Ikalamujic