Derrière le glamour de la montée des marches, le Festival de Cannes serait-il un évènement sexiste ? La Polémique vient d’être lancée par le biais d’une tribune rédigée par le collectif féministe « La Barbe » dans lequel figure notamment les réalisatrices Virginie Despentes et Coline Serreau : « Les vingt-deux films de la sélection officielle ont été réalisées, heureux hasard, par 22 hommes. Le Festival couronnera donc pour la 63ème fois l’un d’entre eux, défendant ainsi sans faillir les valeurs viriles qui font la noblesse du 7ème art… Surtout, ne pas laisser penser aux jeunes filles qu’elles pourraient avoir un jour l’outrecuidance de réaliser des films et de gravir les marches du Palais autrement qu’au bras d’un prince charmant ».

Une seule réalisatrice a remportée la palme d’or dans l’histoire du festival, Jane Campion en 1993 pour « la Leçon de piano ».  Et ce n’est donc pas cette année que cela arrivera à nouveau puisque aucun film réalisé par une femme n’a été retenu par le comité de sélection. Thierry Frémaux, en charge de la sélection officielle, se défend de tout sexisme et craint que considérer une telle polémique risque de légitimer une politique de quotas, quitte selon lui à ne plus retenir la qualité des œuvre comme seul critère. Il promet que sous sa direction « jamais un film qui ne le mérité pas simplement parce qu’il est réalisé par une femme » ne sera sélectionné. Il reconnaît que le milieu du cinéma est probablement sexiste puisque si peu de femmes percent dans la réalisation cinématographique, mais que le festival de Cannes n’est pas le lieu pour en débattre.

Le collectif « la Barbe » a-t-il raison de lancer la polémique ?