C’est ce que l’on peut appeler en marketing, un marché porteur pour les entreprises technologiques. Bien dormir, s’est installé au centre de nos préoccupations. Cela tombe bien, de nombreux objets “sleep tech” sont là pour vous aider. Le salon IFA de Berlin, est le reflet de cet engouement avec des appareils anti-ronflements, des masques de nuit ou des applications pour mesurer les phases d’endormissement.

On retrouve donc des objets de plus en plus sophistiqués. Certains s’attaquent, de manière très classique aux ronflements. Enfin pas directement, mais aide plutôt votre conjoint ou conjointe. C’est le cas des petits écouteurs intra-auriculaires de la start-up QuietOn. Ils enregistrent les ronflements environnants et diffusent à la place des bruits rassurants dans l’oreille. La firme néerlandaise DreamWear, propose un masque nasal, couplé à un boîtier d’analyse, qui permet d’envoyer de l’oxygène aux personnes souffrant d’apnée du sommeil.

Cependant, la tendance du sommeil parfait va plus loin. Voici les “wearables”, des objets connectés, qui permettent de mesurer ses cycles et de se réveiller au moment ou l’algorithme le juge optimal.

Toujours plus loin, avec le recours à la luminothérapie, qui s’intègre au réveil-matin, pour diffuser de la lumière blanche. Elle contribue à repositionner les cycles de sommeil sur ceux proches du soleil.

Après, nous basculons dans un autre monde presque effrayant fait de capteurs et de casques avec le SmartSleep, de Phillips. Il s’agit d’un bandeau au niveau des oreilles, avec un coussinet qui diffuse du bruit blanc, comme la neige sur l’écran de la télévision. Il est censé approfondir le sommeil. Vous rajoutez à cela, des capteurs installés dans la partie placée sur le front ou le crâne pour collecter les données du dormeur. Bien sûr, le tout est géré par une application qui vous transmet des conseils.

Arrivés à ce stade, des docteurs sonnent l’alarme, car de nombreux patients viennent les voir avec des conclusions de leurs applications de sommeil qui les inquiètent et les…empêchent de dormir. Le phénomène a même un nom, il s’agit de l’orthosomnie, qui désigne une obsession maladive de la qualité de son sommeil.

Crédit photo : riadh Barhoumi