centrales nucleairesEntre l’écotaxe, la TVA et le nucléaire, l’hypocrisie socialiste est en train d’être dévoilée au grand jour. En effet, Jean Marc Ayrault était en Chine pour vanter l’excellence industrielle française et la filière nucléaire. Cette industrie est d’ailleurs au cœur de 50 ans de relations diplomatiques franco-chinoises. A cette occasion la VRP de luxe, Martine Aubry, faisait partie du voyage, elle qui dénonçait pourtant l’accord entre l’UMP et le parti de Chine il y a encore pas si longtemps…

Le magazine Challenges nous parle de ces « diplomates d’un nouveau genre » mais aussi de la collaboration franco-chinoise à Taishan. Pourtant le député François de Rugy, allié écologiste du gouvernement souligne dans Le Figaro: « Coopérer avec la Chine pose question compte tenu de la nature du régime chinois. Et coopérer avec la Chine sur le nucléaire pose encore plus question ».

Mais l’hypocrisie est encore plus forte lorsqu’on connait l’orientation de la politique énergétique française. C’est justement cette dernière que la nouvelle présidente de la commission Innovation 2030, Anne Lauvergeon, fustige : « On ne peut pas se permettre de passer de 75% d’énergie nucléaire à 50% d’ici 2025, affirme l’ex-patronne d’Areva (…) Cela poserait un problème grave (…) Cela voudrait dire arrêter une vingtaine de réacteurs ». Rapidement, le Ministre de l’environnement, Philippe Martin est venu se décrédibiliser un peu plus : « Je ne sais pas ce qui lui permet de dire ça mais en tout cas moi je m’inscris en faux par rapport à cette déclaration et je maintiens l’objectif ».

Même François Bayrou, pourtant éloigné des responsabilités depuis un certain temps souligne dans le magazine Le Point : « Je ne crois pas qu’il y ait un scénario crédible de remplacement de la part de l’énergie nucléaire par des énergies alternatives (…) Si le danger principal est l’augmentation de la production des gaz à effet de serre, c’est le nucléaire qui permet à la France d’être un des pays qui produit le moins de CO2 ». Sur ce point donc, il rejoint François Fillon et Nicolas Sarkozy qui se sont exprimés sur le sujet avant que la polémique n’éclate…