L’inquiétude monte dans la capitale de la France. Un projet de modernisation des célèbres kiosques à journaux parisiens de style Art Nouveau fait craindre la perte de ce que beaucoup considèrent comme un élément du patrimoine historique de la capitale. En effet, d’ici 2019, de nouveaux kiosques “innovants” seront mis en place à Paris, par MediaKiosk une filiale de JC Decaux.

Anne Hidalgo, elle-même, a justifié cette mise en place en insistant sur le fait, qu’il n’y avait plus de kiosques réellement haussmanniens. Le célèbre modèle surmonté d’un petit dôme, et d’une frise a été conçu en 1857 par l’architecte Gabriel Davioud (1823-1881). Ceux que l’on voit actuellement, sont en plastique et date des années 80, comme les autres en forme de bulles de verre.

Il s’agit d’assurer un meilleur confort pour les kiosquiers, car ils seront chauffé et mieux isolé. Ils seront munis d’écrans interactifs, et de caisse informatisée. Côté « look », la designer française Matali Crasset indique qu’ils conserveront leur couleur verte, mais qu’ils perdront leur frise et leur petit dôme caractéristiques. La modernisation prévue est parfaitement “conciliable” avec le maintien de l’aspect actuel des kiosques, estiment les défenseurs du projet. La ville de Rome installe actuellement de nouveaux kiosques “high-tech” qui reprennent, à la demande des élus, le modèle historique octogonal et vert, soulignent-ils.

Du côté des opposants, une pétition contre cet aménagement a reçu plus de 40.000 signatures. “Si on trouve que ce qu’ils ont fait est scandaleux, on encouragera le mouvement de protestation”, a mis en garde le conseiller d’opposition Jean-Baptiste de Froment (droite). L’ensemble des détracteurs du projet, ne s’opposent pas aux améliorations intérieures des kiosques, ils soulignent qu’ils veulent défendre l’aspect extérieur des kiosques. Il leur apparaît primordial de ne pas perdre un aspect emblématique du Paris du baron Georges Haussmann.

Pour Michel Carmona, spécialiste du Paris haussmannien, “il y a un paysage typique parisien, qui doit beaucoup à Haussmann, et qui est l’un des fonds de commerce de Paris, c’est dommage de le démanteler”.

D’autres, plus terre-à-terre, et polémiques, dénoncent des dépenses stupides pour un projet “inutile et coûteux” qui dépasse les 50 millions d’euros, et qui ne sert que la mégalomanie d’un maire qui veut “marquer son passage”.

Un peu la même polémique, que le Baron Haussmann a du lui-même provoqué avec ses “aménagements de Paris” à son époque.

crédit photo :  Pascal Poggi