neo_securitéL’entreprise de sécurité Néo Sécurité s’est déclarée, hier, en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Paris. Une information angoissante pour les 5000 employés de la société.

Le porte parole de Néo Sécurité a fait appel à un geste de l’état. “On ne demande pas le monde, on demande juste un prêt relais de 15 millions d’euros”, a-t-il expliqué.

Le dirigeant de Néo Sécu, Jean-Michel Houry, a également demandé une suspension provisoire de sa dette fiscale et sociale, qui s’élève à près de 40 millions d’euros.

Le ministère de l’Industrie a réagit à cette nouvelle. Il s’est dit “très attentif” à la situation et il s’apprête à “apporter son soutien à tout investisseur sérieux et crédible permettant de conforter” le groupe. “Sur le plan de la trésorerie, la société Neo Sécurité a bénéficié d’un moratoire public conséquent, qui lui a permis de fonctionner dans des conditions normales ces derniers mois”, a-t-il précisé dans un communiqué.