ump_spam_campagne_sarkozy

Alors que les défections et les dissensions semblent se multiplier dans la capitale en vue des élections municipales de 2014, notamment sous la houlette de Charles Beigbeder, Valérie Pécresse, secrétaire générale de l’UMP appelle les candidats et électeurs à l’unité derrière NKM. Un moyen de rompre avec les vieilles querelles de l’opposition ?

« Nathalie peut gagner à Paris, et moi je la soutiens totalement » affirme l’ancienne ministre du budget. En effet, Nathalie Kosciusko-Morizet voit aujourd’hui fleurir le risque de la division au sein de la droite parisienne. En s’alliant avec Marielle de Sarnez du MODEM et Pierre Saint-Etienne de l’UDI, elle a déjà tout de même réussi à réaliser la vieille recette gagnante de la droite, à savoir l’union avec le centre. Mais c’était sans compter Charles Beigbeder, qui annonce vouloir créer une liste dissidente, rassemblant tous les candidats proches de l’UMP en rupture avec le discours de NKM, perçu comme trop orienté au centre. Pour Valérie Pécresse, une nouvelle guerre clanique serait désastreuse pour le parti gaulliste.

« L’enjeu pour l’UMP est de montrer que l’on peut surmonter toutes les fractures et toutes les divisions du passé et se rassembler et s’unir derrière le candidat qui peut nous faire gagner » explique ainsi l’actuelle députée des Yvelines dans un entretien accordé à TF1.

Malgré ses craintes quant à de possibles listes dissidentes, Valérie Pécresse reste confiante, notamment du fait de l’alliance en gestation avec le Modem et l’UDI. Selon elle, « il était important de faire des listes qui rassemblent la droite et le centre, c’est une condition de la victoire ». En 2001, la droite avait déjà été battue en Ile-de-France du fait de ses divisions. Deux listes RPR rivales, menées par Philippe Séguin et Jean Tibéri s’étaient en effet affrontés dans la capitale et c’est finalement Bertrand Delanoë qui s’en est sorti vainqueur. « Nos électeurs n’en peuvent plus, ils exigent de nous que nous soyons unis, c’est un enjeu fort pour mon parti, c’est un enjeu sur la durée » conclue-t-elle finalement.  Espérons pour l’UMP que ces paroles ne restent pas lettre morte…