La gauche remporte les législatives avec 341 sièges sur 577. A l’issue des élections, le PS obtient à lui seul 291 sièges, soit deux de plus que les 289 qui constituent la majorité.  La droite, qui comptait 343 députés en 2007 contre 228 pour la gauche, en dénombre aujourd’hui 229. L’extrême droite a remporté trois sièges, dont deux pour le Front national, et le Modem a deux sièges.

La gauche gagne les législatives avec une majorité absolue, elle détient donc « tous » les leviers de pouvoirs en France. Une situation que craignaient les dirigeants de l’UMP, qui ont pourtant détenu tous ces leviers pendant longtemps.

Trop de pouvoir tue le pouvoir? La gauche contrôle aujourd’hui, à l’exception de l’Alsace, toutes les régions en métropole, mais également près des deux-tiers des départements, en plus du Sénat (où elle est passée majoritaire depuis 2011), et la majorité des grandes villes (depuis 2008) –sauf Bordeaux, Nice et Marseille. Le Conseil constitutionnel resterait la seule institution aux mains de la droite.

Est-ce bon qu’un seul parti concentre les principaux pouvoirs ?