De YouTube à la fibre optique, l’opérateur télécom Free enchaîne les prises de positions foireuses, en toute décontraction.

La colère gronde chez les clients de l’opérateur à la petite semaine, qui enchaîne les bourdes avec une belle constance. Ainsi, mardi 4 décembre se tenait la conférence Graco, réunissant opérateurs et collectivités territoriales, durant laquelle Free n’a pas manqué de se faire à nouveau remarquer via son représentant, Laurent Laganier, perdu comme jamais.

Non content du climat délétère qui plane au-dessus de son entreprise depuis quelques mois déjà, Laurent Laganier n’a pas résisté à la tentation de s’inscrire une nouvelle fois à contre-courant de l’opinion, mais aussi et surtout du simple bon sens. En cause, ses propos sur le déploiement du très haut débit, jugé vain.

“Faire le lien entre l’équipement des ménages en fibre optique et la compétitivité du pays est abusif. Le FTTH [fibre optique jusqu’au logement] est tiré par le loisir, à savoir regarder la télévision haute définition par fibre sur plusieurs écrans. Sur l’ensemble des autres usages domestiques – e-administration, e-learning, etc. – nous avons l’impression que le haut débit à 10 Mbit/s est suffisant”. Une déclaration qui a eu le mérite de faire l’unanimité chez les professionnels du secteur…. Contre elle évidemment.

Jérôme Coutant, membre de l’Arcep, a ainsi tenu à rappeler que le déploiement du très haut débit était un “un grand projet d’infrastructure”, peut-être le “plus grand de cette décennie”, des propos frappés au coin du bon sens.

On pourrait hésiter à tirer à boulets rouge contre Free s’il s’agissait là d’une excentricité passagère, d’une bévue isolée. Le problème c’est que le fournisseur d’accès de Xavier Niel les collectionne depuis un petit moment déjà.

Au nombre des griefs à son encontre, l’un des plus fréquents concerne le chargement extrêmement lent des vidéos YouTube chez Free. “Rodolphe, ça charge ?”. Ben non, ça charge pas. Tellement pas que l’UFC Que Choisir annonçait le 20 septembre dernier la saisine de la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes. Des dysfonctionnements dus à des relations difficiles entre Free et Google, que Xavier Nier élude d’un revers de la main en préconisant aux usagers d’aller (se faire) voir sur Dailymotion.

On ne s’étonnera donc pas que, profitant de la conférence LeWeb qui s’est tenu début décembre à Paris et était retransmise sur… YouTube (lol), les twittos s’en soient donnés à cœur joie pour évacuer leur frustration lors du passage de Xavier Niel sur scène.