Les barons du foot français tapent les uns après les autres sur Lilian Thuram, qui a osé briser la loi du silence et dénoncer les propos scandaleux tenus par Laurent Blanc et les cadres de la fédération. Une façon de lui faire payer sa droiture morale dans un monde où l’argent est roi.

A l’image de Vikash Dhorasoo, Lilian Thuram est bien plus qu’un ancien footballeur qui veut faire parler de lui. Vous ne verrez pas l’ancien défenseur international dans des pubs pour des yahourts (ou des lunettes) comme certaines icônes intouchables. Sur les terrains de foot, auprès des jeunes, au milieu du ghetto de Gaza… là se trouve Lilian Thuram.

Une liberté et un courage qui ne passe pas du tout dans l’univers de faux-culs de la FFF… et qui agace jusqu’à ses anciens coéquipiers. Pourtant ce n’est pas Lilian Thuram mais l’excellent Mediapart qui a sorti ce scoop qui fait l’effet d’une bombe.

Lilian Thuram a tout bonnement dénoncé un scandale raciste de grande ampleur, comme des millions de Français qui ne se reconnaissent plus dans cette France sarkozyste où l’étranger est devenu un ennemi et où les couleurs de peau remplacent les passeports.

Le champion du monde 1998 a eu au final le tort de s’opposer à la vision UMP-FN d’une France verrouillée et vivant dans la peur. A l’opposé des rêves métissés de 1998…