Marion Maréchal Le Pen veut aller plus loin que Louis Alliot, qui avait proposé pendant la campagne présidentielle de ne plus rembourser les IVG « de confort ».

La nièce de Marine propose de dérembourser tous les IVG, au prétexte que la limite est difficile à établir entre les différents types d’IVG.

C’est ce qu’elle a expliqué sur les ondes du Mouv mercredi : « Il faut dérembourser les IVG. On a quand même des moyens de contraception abordables. Je pense que c’est un acte grave et qu’aujourd’hui on est confronté à un certain nombre d’excès ».

Même si elle pense que les IVG de confort sont minoritaires, la député du FN estime que « ce n’est pas à l’Etat de rembourser parfois une inattention de certaines femmes alors qu’aujourd’hui on a quand même les moyens de faire attention… Ce n’est pas à l’Etat de réparer les inattentions des femmes. Je pense qu’aujourd’hui c’est facile ».

Dans la seconde partie de l’interview, Marion Maréchal Le Pen tempère néanmoins son propos, en rappelant qu’il est exclu d’interdire l’avortement et en proposant de dérembourser les IVG après « un ou deux » avortements par femme.