Les principaux dirigeants d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) font une cour assidue à François Hollande et à son équipe de transition, afin de s’assurer des postes au gouvernement. Le président élu a pourtant affirmé ne pas se sentir engagé par l’accord PS/EELV et s’est déjà opposé à plusieurs revendications écologistes, notamment sur le nucléaire.

De leur côté, les dirigeants d’EELV réaffirment leur volonté de participer à l’aventure gouvernementale afin d’influer sur la politique menée par les socialistes. Ils semblent prêts à avaler quelques couleuvres au nom du pragmatisme et afin de jouer un rôle écologiste dans la nouvelle majorité.

Est-ce un reniement, voire une trahison à l’égard de leurs électeurs ? Est-ce au contraire le meilleur moyen d’atteindre les objectifs que se fixent les écologistes ?