Le monarque Abdallah accorde le droit de vote aux femmes, mais aussi d’éligibilité aux élections municipales. Elles pourront aussi entrer au Majlis al-Choura, un conseil consultatif dont les membres sont désignés.

“A partir du prochain mandat, la femme aura le droit de se présenter aux conseils municipaux ainsi que le droit de vote dans le cadre des principes de l’islam”, a déclaré le souverain à l’ouverture de la nouvelle session du Majlis al-Choura à Ryad, en référence aux élections municipales de 2015.

C’est la première fois que la femme saoudienne se voit accorder le droit de vote et d’éligibilité à un scrutin dans ce royaume ultraconservateur, où seules des élections municipales partielles sont organisées. Les conseils municipaux ont un mandat de quatre ans.

“Nous avons également décidé que la femme participe au Majlis al-Choura en tant que membre, à compter du prochain mandat”, a ajouté le roi Abdallah en s’élevant contre “la marginalisation” de la femme et en prônant “une modernisation équilibrée” de la société saoudienne.

“Nous refusons la marginalisation du rôle de la femme dans la société saoudienne dans tous les domaines”, a-t-il dit, ajoutant avoir décidé l’octroi aux femmes le droit de vote et éligibilité et leur entrée au Majlis al-Choura “après consultations avec plusieurs de nos oulémas”.

Des militantes des droits de l’Homme réclament depuis plusieurs années le droit de vote pour les femmes dans le royaume dont les lois s’inspirent d’une version rigoriste de l’islam. La femme saoudienne, n’a toujours pas le droit de conduire une voiture ou de voyager sans l’autorisation d’un tuteur…

Des élections municipales doivent se tenir jeudi, les deuxièmes dans l’histoire du royaume, dont les femmes restent exclues. Elles sont destinées à pourvoir la moitié des 285 sièges des conseils municipaux du royaume. L’autre moitié est nommée par les autorités.