Pour ces élections, c’est un choix portant sur 34 listes, qui va s’effectuer. C’est un nombre conséquent, car certaines de ces listes sont l’émanation de petits Partis ou de mouvements bien spécifiques. Il est évident, que de très nombreuses listes sont sûres de ne pas avoir d’élus. On peut donc se demander quelles sont les motivations de ces personnes. Il se trouve, que cette élection et donc cette campagne, est une vraie caisse de résonance pour ces “petits” Partis, qui veulent sensibiliser un maximum de personnes pour des causes qu’ils défendent.

Il faut avouer, qu’il faut vraiment y croire comme on dit, car pour l’ensemble des “petits” Partis qui présentent une liste aux élections européennes,, cela ressemble davantage à une course d’obstacles. La logistique est un vrai casse-tête. Cela commence par exemple, avec la confection, l’impression et la distribution des bulletins aux préfectures, qui se révèlent être un vrai défi.

La conception des bulletins est particulièrement réglementée. Les normes très strictes à suivre font rapidement monter le prix d’un bulletin. Par exemple, pour le Parti Pirate, il faut réunir 300 000 euros, une somme énorme pour ce petit Parti.

Une fois les bulletins imprimés, il faut les faire parvenir dans les différents bureaux de vote dans les délais impartis. Là encore, c’est une prouesse pour tous ces petits Partis.

Souvent, il faut faire un choix, car tout n’est pas réalisable. Il faut se concentrer sur les priorités. Cela passe, par choisir des endroits plus que d’autres en espérant faire le bon choix. Pour d’autres listes, ce sont carrément leurs électeurs qui devront imprimer les bulletins eux-mêmes.

Suivre ces candidats et ces petits Partis, c’est rejoindre le monde du bénévolat indispensable pour que le message passe, malgré le manque évident de moyens. Toute cette débauche d’énergie n’a qu’un seul but, l’exposition médiatique. Celle-ci, est indispensable pour faire parler de la cause. C’est une course pour quelques minutes à la télévision ou la radio, qui peuvent avoir plus d’impact que des mois et des mois de battage dans les foires et les réunions publiques. La campagne officielle de ces élections européennes, qui attribue à chaque liste du temps d’antenne à la télévision et à la radio, leur permet ainsi d’avoir une tribune pour exposer leur combat au plus grand nombre.

Si être élu, semble inaccessible pour la plupart des candidats de ces “petits” Partis, l’objectif principal reste donc à faire passer leur message pour s’installer plus durablement dans le paysage politique français. Côté financement, par contre, les frais de campagne n’étant remboursés que pour les listes obtenant au moins 3 % des suffrages. L’argent et la sueur sont à mettre dans la catégorie perte, c’est aussi cela le prix de l’engagement et la défense de ces idées.

Crédit photo : element5-digital