cantine_scolaire_val_de _marne_photo_Service photo, photothèque du Conseil départemental du Val-de-MarneLes cantines scolaires sont plus pratiques pour les parents que pour les élèves. Plus de 6 millions d’élèves sont inscrits à la cantine scolaire. Ce qui représente largement plus que la moitié des enfants scolarisés.

Pour réduire le nombre des élèves dans les cantines, faute de places, la mairie de L’Île-Saint-Denis a trouvé une parade. Il filtre les élèves admis à la cantine tout simplement en fonction de la situation professionnelle des parents. Pour ce faire, il invente plusieurs motifs en scrutant les dossiers de chaque élève, les plus répétées sont : « Pas de plat adapté pour les enfants allergiques, impayés, manque de places dans les cantines… ». Les parents sont excédés par cette situation et envisagent de porter l’affaire en justice.

Cette situation a existé depuis des années en France, malgré la contestation des parents, et que cette pratique est illégale. Les manques de place pour accueillir les élèves à la cantine, aux activités périscolaires et aux centres de loisirs, sont les causes de ces restrictions abusives. Les parents sont abasourdis par cette situation, un parent explique : «si vous vous présentez en mairie pour inscrire votre enfant à la cantine sans bulletin de salaire, on vous renvoie chez vous».

Le directeur de cabinet du maire Europe Ecologie Les Verts, est bien strict dans ses critères de sélection. Les places sont données en priorités aux élèves dont les parents sont actifs (non-chômeurs). Les enfants des parents sans emplois ou en recherche d’emplois sont mis à la touche et ne pourrons bénéficier d’aide.

Mathilde Rempert, porte-parole du collectif « Cantine pour tous » dénonce et pointe du doigt cette « injustice » que la mairie de L’Île-Saint-Denis fait subir aux élèves et aux parents sur L’Express.fr, «la cantine est souvent le seul repas équilibré des enfants issus de milieux défavorisés», a-t-elle ajouté. Il a toutefois une autre manière de faire sa demande, c’est de s’adresser à l’adjoint au maire, pour inscrire leur enfant à la cantine scolaire, son rôle est de défendre les dossiers des parents les plus démunis «Mais les parents les moins éduqués, ou ceux qui ne parlent pas bien le français n’osent pas faire cette démarche».

crédit photo: Service photo, photothèque du Conseil départemental du Val-de-Marne