Régulièrement, les dictionnaires français principaux, que sont Le Robert et le Larousse se mettent “à la page”. Ils viennent donc de dévoiler les mots et expressions qui vont entrer dans leurs pages pour 2018, ainsi que différentes personnes qui ont fait l’actualité.

Il s’agit là, d’une reconnaissance de mots, d’expressions, et de personnages, qui sont passés dans un langage tellement commun que l’on ne peut plus les ignorer. Les dictionnaires eux aussi, doivent suivre la mode en quelque sorte.

Cette année, va voir apparaître dans la nouvelle version de ces deux dictionnaires, le terme “gameur” pour désigner un passionné de jeux vidéo, un barbu du type “hipster”. Le langage ne pouvant pas échapper à la puissance de la télévision, les émissions culinaires imposent “le cromesquis” pour désigner une boulette au fromage. Si l’on reste dans le domaine culinaire, vous pouvez maintenant croiser des personnes qui sont principalement végétariennes, mais qui parfois, mangent viande, poisson et autres, ce sont des “Flexitariens”.

Le langage n’est heureusement pas seulement influencé par la télévision, il suit directement les actualités et les événements. Le Petit Larousse a donc intégré pour le meilleur et pour le pire, les “hacktivistes”, “la post-vérité”, “le burkini” et “l’ubérisation”. On peut, être maintenant “européiste” ou “europhobe” et si vous êtes trop radical dans vos convictions, vous subirez peut-être une “déradicalisation”.

On va souhaiter la bienvenue à quelques mots venus d’ailleurs, comme “faroter” qui est une manière de frimer version africaine. Attention à la “cramine” suisse, qui désigne un froid intense et utilisons la “douillette” québécoise (duvet) pour se réchauffer.

Les dictionnaires, ce sont des noms communs et des noms propres, donc on assiste à l’entrée en grande pompe des nouveaux présidents que sont Emmanuel Macron et Donald Trump ainsi que Theresa May.

Le Petit Larousse accueille le handballeur Nikola Karabatic, le biathlète Martin Foucade, l’historien Michel Winock ou encore de l’actrice Catherine Frot.

Dans Le Robert illustré, on trouve notamment, le comédien Omar Sy, la photographe américaine Annie Leibovitz ou l’économiste Jean Tirole.

On peut discuter de certains choix, mais il est vrai que les dictionnaires évoluent de plus en plus vite à l’instar de notre société. Cependant, doivent-ils essayer de freiner, et apparaître comme un moment et un lieu de réflexion ou au contraire suivre scrupuleusement le mouvement pour lui donner plus de sens ?

Crédit photo : n-d-d.be