L'Église anglicane va-t-elle intégrer des prêtes homosexuels ?

L'Église anglicane va-t-elle intégrer des prêtes homosexuels ?

La question de l’accession des prêtres homosexuels à la dignité d’évêque oblige l’Eglise d’Angleterre à moderniser sa lecture de la société.

L’Eglise d’Angleterre se pose officiellement la question de la possibilité pour des prêtres homosexuels de devenir évêques. Théoriquement, toute discrimination en raison de l’orientation sexuelle est déjà interdite. Mais durant les années 2000, plusieurs candidatures ont été écartées. C’est notamment le cas du prêtre homosexuel Jeffrey John qui a contracté un partenariat civil avec un autre prêtre en 2006. L’Église anglicane avant été pressée de clarifier sa position sur l’ordination d’évêques homosexuels.

Cette initiative annoncée par l’évêque de Norwich, Graham James, s’accompagnera d’une grande réflexion menée en dialogue avec les quelques 77 millions de fidèles anglicans à l’occasion de la révision du traité pastoral de 2005. L’homosexualité et ses rapports avec la religion au 21e siècle seront au cœur des débats.

Dans un document publié lundi, l’Église anglicane insiste sur le fait que l’orientation sexuelle ne doit pas être prise en considération dans la promotion d’un prêtre au rang d’évêque. Cependant, le document recommande que la hiérarchie de l’Eglise puisse bloquer une nomination si cette nomination devait “causer de la division et de la désunion dans le diocèse” concerné.

Cette évolution libérale de l’Eglise d’Angleterre ne fait cependant pas le bonheur de tous. On se souvient notamment du ralliement à l’Eglise catholique de trois évêques anglicans, hostiles à la tendance actuelle à l’intégration des femmes et des homosexuels y compris au sein des plus hautes fonctions de l’Eglise.

L’Eglise d’Angleterre est séparée de l’Eglise catholique depuis le règne de Henri VIII dont le divorce avait été refusé par le pape Clément VII.