Le Qatar a entamé des négociations avec le gouvernement britannique en vue d’investir 10 milliards de livres, soit 11.5 milliards d’euros, dans diverses infrastructures du pays.

Les centrales énergétiques, les axes routiers et les chemins de fer seraient aidés financièrement par le Qatar. Le riche émirat arabe pourrait notamment investir dans la centrale nucléaire que le groupe français EDF doit construire à Hinkley Point.

Londres recherche en effet des financements internationaux pour relancer son économie et faire face au régime d’austérité.

Très présent également en France, les investissements du Qatar suscitent de vives polémiques. Il possède notamment des parts dans les entreprises Total, Vinci, Lagardère, LVMH ou encore Vivendi. Et bien-sûr, il finance le club de football du Paris-Saint-Germain.

Pour vous, le Qatar doit-il investir dans les pays européens ?  Ou bien la France et le Royaume-Uni devraient s’abstenir d’une aide financière aussi importante ?