cantine_scolaire_val_de _marne_photo_Service photo, photothèque du Conseil départemental du Val-de-MarneLe ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll estime que la mise en place d’un menu végétarien de substitution dans les cantines scolaires peut nuire aux intérêts des éleveurs français.

Une discussion concernant la crise des éleveurs dans le débat sur la viande de porc à la cantine et le débat politique vire au cauchemar. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, n’est pas vraiment favorable à la proposition d’Yves Jégo qui envisage d’imposer à toutes les écoles des menus végétariens de substitution. Alors que les militants pour la laïcité se réjouissent de cette initiative, et que la pétition du député de la troisième circonscription de Seine-et-Marne avait déjà obtenu près de 63.000 signatures en ligne, s’ajoutent à cela les soutiens interminables des socialistes et écologistes, le ministre de l’Agriculture ne semble pas être d’accord avec cette idée. Il éprouve la nécessité de soutenir les éleveurs français en crise et demande de faire preuve de “cohérence”.

“De la politique politicienne”, avait répondu mercredi Yves Jégo auprès de L’Express, qui pense que le ministre de l’Agriculture “cherche des portes de sortie d’une crise qu’il ne parvient pas à résoudre”. Il considère même que sa proposition n’aura pas d’effet sur la situation des éleveurs français.

Il est difficile ce que le ministre de l’Agriculture avait réellement derrière la tête ou qu’il s’est fait piégé par les 140 signes de Twitter, mais sa formulation favorise l’interprétation. Évoquer le “menu végétarien obligatoire à la cantine” peut supposer que les enfants doivent manger ce repas, alors que ce n’était jamais la question. . “Ce qui s’est passé à Chalon-sur-Saône (le maire Les Républicains a interdit les repas de substitution dans sa ville) m’a poussé à défendre cette solution. Certains défendent une laïcité punitive, en disant ‘on fait ça et pas autrement'”, avait accusé Yves Jégo. “D’autres, dont je fais partie, penchent pour une laïcité positive, en offrant à chacun la liberté de choisir ce qu’il va manger. Il faut en finir avec cette guerre permanente entre extrémistes et prosélytes.”

crédit photo: Service photo, photothèque du Conseil départemental du Val-de-Marne