We are not #dindons : c’est sous ce nom que les nouveaux « pigeons » dénoncent le projet de loi du gouvernement concernant la hausse massive des charges sur les emplois à domicile. Ces “dindons” rejettent une loi dont les effets seraient contre-productifs et qui serait, surtout, une loi de casse sociale.

Si les charges sont augmentées de manière considérable, la plupart des travailleurs du secteur des services à domicile passeront au “gris”, mixte entre du travail déclaré et du travail au noir. En conséquence, l’état devra continuer à payer pour les prestations sociales de ces travailleurs mais ne recevra que peu d’argent des cotisations. C’est exactement ce qui s’est passé en Espagne, où l’état à perdu plus de 60 millions d’euros en trois mois avec cette mesure qui était censée remplir les caisses…

En dehors de cette pure absurdité fiscale, We are not #dindons dénonce les conséquences sociales dramatiques de cette loi s’il elle était appliquée : destruction de 60.000 emplois, retour au foyer pour de nombreuses femmes qui ne pourront plus faire appel à des nourrices ou à des aide à domicile pour les personnes âgées, précarité pour la plupart des travailleurs du secteur qui seront obligés de travailler au noir…

Pour dénoncer le projet de loi, les dindons ont publié une pétition sur internet, qui a déjà reçu le soutien de près de 30.000 internautes. Ayrault et ses ministres vont-ils écouter les dindons comme ils ont écouté les pigeons ?

 

 

 

http://toute-lactu.com/2012/10/31/mobilisation-contre-le-projet-de-loi-sur-les-services-a-domicile/