taubiraQuand il s’agit des détournements faits par son directeur de cabinet Jérôme Lavrilleux, Jean-François Copé affirme indubitablement qu’il n’est au courant de rien. Il persiste et signe, alors que Jérôme Lavrilleux assure avoir mis son patron au parfum de ce qu’il faisait.

Chose étonnante, quand il s’agit de Christiane Taubira, l’ancien directeur de l’UMP ne se montre pas aussi indulgent. Quand le Nouvel Observateur a sorti un article montrant que dans cette affaire des écoutes, le cabinet de la ministre était au courant et non la ministre, elle-même, Jean-François Copé crie au scandale. Avec le coup du directeur de cabinet, comme il nomme lui-même la démarche, il affirme que le gouvernement tente de cacher la vérité. De même, il assure que dans une situation aussi délicate, la directrice de cabinet de la ministre aurait forcément prévenu sa patronne.