Platini_photo de David MaginnisToujours plus, les instances du football international, ne sont plus à un rebondissement près. C’est maintenant au tour de Michel Platini de se faire ” méchamment tacler” par la chambre d’instruction du comité d’éthique de la Fifa qui a tout simplement requis “un carton rouge” sous la forme d’un bannissement à vie de Michel Platini. Une mesure qui serait prise dans le cadre du fameux paiement controversé de 1,8 M€ pour lequel un verdict est attendu en décembre.

Ce bannissement requis est conditionné à la preuve d’une corruption”, selon Me D’Alès, qui dénonce “une démesure de la peine requise” et estime qu’elle “ne repose sur rien dans le dossier“. Il est vrai que la peine, réclamée par la justice interne de la Fifa, semble très  lourde. A ce sujet, un ancien cadre de la Fifa estime que “la commission d’éthique reproche d’autres choses que le seul versement d’1,8 million“. “Le bannissement à vie dans le football est l’équivalent de la peine de mort dans le droit pénal“, fait-il ainsi remarquer.

Le camp Platini, tente de “taper en touche” en  dénonçant une instruction à charge, qualifiée de “pur scandale”. L’avocat de Michel Platini “tente une contre-attaque”, il prétend que la volonté de la personne chargée d’enquêter à la Fifa, Vanessa Allard, est avant tout, l’élimination de son client dans la course à la  présidence de la Fifa. Fin octobre, un des hauts responsables de la Fifa, Domenico Scala, avait déjà “mener une attaque” et avancé l’hypothèse d’une “falsification des comptes de la Fifa” pour expliquer que le paiement ne soit pas apparu dans les comptes avant son versement en 2011. La défense avait répliqué que ce n’était pas au Français de s’occuper des livres de comptes de l’instance suprême du foot.

La justice interne de la Fifa, pour le moment, “s’est repliée en défense” et s’est refusée à tout commentaire. On ne sait donc pas si la même peine a été requise contre Joseph Blatter, président démissionnaire de la Fifa, suspendu comme Platini jusqu’au 5 janvier à titre provisoire, pour l’affaire du paiement, mais aussi pour un contrat de droits TV présumé déloyal envers la Fifa.

Rassurez-moi, on n’est pas dans la rubrique sport ?

Crédit photo : David Maginnis