0

L’e-cigarette, est-elle un bon moyen d’arrêter de fumer ?

Vote UpVote Down
0%0%

-
Ce sujet revient régulièrement sur la sellette, et cette fois, c’est une étude publiée dans la revue New England Journal of Medicinequi complète les avis sur le sujet. Soyons clair, l’enquête penche pour un résultat positif. Elle indique même, que l’e-cigarette serait deux fois plus efficace que les substituts nicotiniques classiques, à savoir le patch, le comprimé à sucer, l’inhalateur, ou la gomme à mâcher, pour arrêter de fumer.
Cette étude, a été menée au Royaume-Uni au sein de “Stop Smoking Services”, elle a concerné près de 900 personnes, fumant en moyenne 15 cigarettes par jour. Ces fumeurs, ont été répartis dans deux groupes pour les besoins de l’étude. Un groupe, a suivi un programme à base de substitut nicotinique, selon leur préférence, pendant trois mois. Les autres ont reçu une vapoteuse et une recharge d’e-liquide à la nicotine contenant un dosage de 18 mg par millilitre dans un premier temps. Par la suite, ils ont eu les parfums et dosages qu’ils désiraient.
Les résultats constatés, font apparaître au bout d’un an, que 18 % des patients ayant cessé de fumer avec l’aide de la cigarette électronique étaient toujours abstinents, contre 9,9 % de ceux qui avaient pris un substitut nicotinique classique. Sans triomphalisme aucun, les chercheurs de l’université Queen Mary de Londres, spécialistes reconnus de l’addiction au tabac, ont constaté que “l’e-cigarette s’est révélée plus efficace”. Vous imaginez bien qu’il en faut plus que cela pour abattre les adversaires de l’e-cigarette. 
Les réactions aux conclusions de cette étude n’ont pas tardé. Le Dr Ivan Berlin, tabacologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière signale que “l’étude n’a pas été réalisée en aveugle, ce qui signifie, que les fumeurs savaient dans quel groupe ils se trouvaient“. La plupart d’entre eux avaient déjà essayé d’arrêter au moyen de substituts nicotiniques et chacun sait, que la cigarette électronique, est promue par les autorités sanitaires anglaises. Cette option peut donc paraître a priori meilleure et donc motiver les utilisateurs. Un autre essai, dans d’autres conditions et un autre pays, apparaît judicieux avant d’en tirer des conclusions définitives.
 De son côté, le Dr Anne-Laurence Le Faou, présidente de la Société francophone de tabacologie, fait remarquer que “80 % de ces ex-fumeurs utilisent encore leur e-cigarette après un an, alors qu’ils ne sont que 9 % à conserver leur substitut nicotinique. Les utilisateurs de cigarette électronique sont certes plus nombreux à avoir arrêté de fumer, mais ils n’ont pas mis fin pour autant à leur dépendance à la nicotine“. Enfin, les médecins de l’université de Boston qui ont signé l’éditorial accompagnant l’étude, admettent que “s’il ne fait aucun doute que la vapeur émise par l’e-cigarette est infiniment moins nocive que la fumée du tabac, on ne connaît pas encore ses effets à long terme“.
Le mieux est certainement de ne pas commencer à fumer, ou de s’arrêter très vite, donc la prévention reste le maître-mot en la matière
.
Crédit photo : Vaping360
 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.