Le chanteur des Eagles of Death Metal, Jesse Hughes est, lui aussi venu à la réouverture du Bataclan. Cependant, contrairement aux autres victimes des attentats, il n’est pas le bienvenu, suite à de nombreuses déclarations polémiques, qu’il a faites après l’attentat.

Pourtant, il est venu en faisant profil bas, même très bas avec, à la main une couronne de fleurs bleue blanc et rouge. Il a fait la queue avec tout son groupe comme tout le monde, pour se recueillir devant la plaque à la mémoire des 90 morts du Bataclan. Il a sobrement déclaré, “je suis pour l’éternité redevable au peuple français”, et a salué une ville qui “a réagi de la meilleure manière possible à cet acte vil et affreux”.
Cependant, si le groupe avait été convié par les associations de victimes, le chanteur a rapidement compris qu’il n’était pas vraiment le bienvenu dans la salle. La direction du Bataclan a affirmé en avoir interdit l’accès au chanteur, accompagné du manager du groupe, pour le concert de réouverture de Sting.Pour sa part, le manager du groupe nie cependant la volonté de vouloir participer au concert.
Du côté de Jules Frutos, le codirecteur du Bataclan, nous n’avons pas oublié les déclarations polémiques de Jesse Hughes à l’encontre des vigiles et de l’organisation de la soirée. “Il y a des choses qu’on ne pardonne pas” a-t-il déclaré. Il faut se rappeler, que le chanteur ne s’était pas arrêté là, et qu’au printemps, le chanteur avait ainsi accordé une interview à une publication américaine aux prises de positions extrémistes, dans laquelle il affirmait avoir “vu des musulmans faire la fête dans la rue pendant l’attaque, en temps réel“. Il en avait aussi profité pour mettre en avant ses positions favorables au port d’armes.
Caroline Langlade, présidente de l’association de victimes Life for Paris, a bien résumé la situation en déclarant, “Jessie, qui est aussi une victime, il avait peut-être besoin d’entrer dans le Bataclan, mais ce n’était pas le bon moment” et que « les temps et les envies de chacun ne s’accordent pas toujours ».
Les membres des Eagles of Death Metal ont tout de même eu le droit à leur moment de partage et d’émotion, et “ont serré dans les bras chacune des victimes présentes à la cérémonie”, a raconté à l’AFP Thierry, qui assistait à leur concert le 13 novembre 2015, mais qui n’a pas été blessé.
Nul ne peut savoir concrètement ce que sera sa réaction à une tragédie de ce type. Cependant, en accusant, et en profitant du moment pour mettre en avant leur conviction, en privilégiant sur le moment l’accusation sur la compassion, le groupe s’est lui-même isolé, et un peu perdu de la force qu’apporte la seule réponse efficace à ce type de tragédie, la solidarité.

Crédit photo : Got-Somethin