Personnes agees_photo Service photo du departement de Val de MarneL’Insee vient d’annoncer qu’en 2014, il y a eu 11 000 morts de moins en France par rapport aux deux années précédentes. C’est une baisse significative, mais qui ne touche pas uniformément les individus en fonction de leurs sexes ou de leur catégorie d’âge. Les raisons de cette baisse sont bien sûr diverses.

Tout d’abord, il y a eu un hiver relativement clément, un hiver très rude entraine une augmentation des décès liée à la grippe, ou aux intoxications au monoxyde de carbone. Entre janvier et mars, l’Insee a comptabilisé 1 600 décès par jour entre janvier et mars 2014. Un chiffre plus faible qu’en 2012 et 2013.

Ensuite, il y a aussi des résultats en évolution constante depuis des années, comme la baisse des décès des nouveau-nés. Depuis 1950, ils ont été divisés par treize. Isabelle Robert-Bobée, chef de la division des enquêtes et études démographiques à l’Insee, détaille “même si les effectifs de naissances sont moins importants qu’en 1950 de l’ordre de 10 % , les enfants de moins de 1 an meurent moins, notamment grâce à la lutte contre les maladies infectieuses et les changements de comportement concernant le couchage des nourrissons“.

Depuis 40 ans, diminue aussi les décès des hommes entre 20 et 29 ans. En 1970, 718 garçons âgés de 20 ans sont décédés, ils étaient 602 en 1990. L’année dernière, 195 jeunes hommes de 20 ans sont morts. Ces décès sont trois fois plus nombreux chez les hommes que chez les femmes. “C’est quelque chose de récurrent, année après année, et qui s’explique par la nature même de ces décès qui sont souvent violents, liés à des accidents de la route ou à des suicides” rajoute  Isabelle Robert-Bobée .

Crédit photo : Service photo du departement de Val de Marne