Pendant que la pertinence ou non de la monnaie unique européenne continue à alimenter les discussions, les réseaux sociaux font vivre divers sites polémiques, l’Afrique de l’Ouest veut créer l’Eco. Cette monnaie unique, est un vieux projet de 30 ans, qui pourrait voir le jour en 2020. Il convient d’admettre comme toute création de ce type, que c’est un symbole politique important et fort. Cependant, de nombreux analystes financiers avertissent que le pari est très risqué.

Logiquement, dans environ 1 an, les habitants de 15 pays africains devraient utiliser, tous la même monnaie, ce sera l’Eco. Cette décision, est le fruit de nombreuses négociations dans le cadre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Celle-ci réunit à Abidjan, a adopté officiellement le nom d’Eco à travers une déclaration commune.

Bien sûr, il n’a pas été simplement question de déterminer un nom. Ceci n’est que la touche finale de tout un processus et une mise à plat de la manière de mettre en place cette monnaie unique. Auparavant, de nombreux autres rendez-vous de spécialistes, ont eu lieu pour étudier tous les aspects et les problèmes liés à cette nouvelle monnaie commune. Par exemple, une rencontre du comité interministériel des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales de la zone, a eu lieu mi-juin aussi à Abidjan et le nom avait été évoqué.

Parmi ces étapes de mise en place progressive, il y a selon le communiqué officiel “l’approche graduée (pour l’adoption) de la monnaie unique en commençant par les pays qui atteignent les critères de convergence“. Cela comprend, la prise compte de l’inflation, ou le déficit budgétaire. Le principe d’un régime de change flexible et une politique monétaire centrée sur la maîtrise de l’inflation, ont également été formellement adoptés.

Parmi les 15 signataires, 8 utilisent actuellement le franc CFA, arrimé à l’euro selon une parité fixe garantie par la France. Ce détachement des habitudes, des questions de souveraineté, et d’autres aspects techniques, font douter les analystes à propos de ce passage en 2020, qui apparaît une date très et trop proche.

Crédit photo : afrique