Arbitre_photo de Gimnastic de TarragonaLe débat est depuis longtemps sur la table ou plutôt sur le terrain. Cependant, l’utilisation de la vidéo dans le football pourrait être envisagée dès la saison prochaine. L’International Board (l’IFAB)est favorable à un soutien pour les arbitres pour des phases de jeux complexes et les prises de décisions importantes pour le déroulement de la partie.

L’IFAB penche pour une expérimentation qui pourrait avoir lieu dès la saison prochaine. “Nous faisons la recommandation la plus forte possible pour que cette expérience soit approuvée lors de la réunion générale annuelle en mars, à Cardiff“, a déclaré Jonathan Ford, directeur général de l’IFAB. Il a rajouté que “les détails sont encore à définir, mais le principe est établi”.

Il paraît évident qu’il serait nécessaire de mettre à disposition les moyens techniques modernes dont nous disposons pour permettre à un arbitre de se faciliter la tache. Il pourrait maintenant très facilement “revoir les images”, avoir un avis extérieur, ce qui lui permettrait d’éviter des erreurs faites dans le déroulement des actions qui vont de plus en plus vite.

Cependant, il ne faudrait tout de même pas se voiler la face, ne pas oublier qu’un des principes majeurs même du football comme d’autres sports, est de faire “confiance à l’arbitre”, et surtout quoiqu’il arrive d’accepter sa décision, c’est-à-dire d’accepter une “décision de justice” faite par un tiers. C’est tout l’intérêt par exemple du fameux “hors-jeu” qui rajoute un sel indispensable au déroulement, et fait le plaisir des “spécialistes de comptoir” après un match. Ce type de principe est indispensable pour que le football reste un sport avec quelques vertus éducatives pour les enfants, et c’est dans ce cadre que toute évolution doit se limiter pour éviter des dérives. Nous pouvons montrer tous les ralentis du monde, sous tous les angles, certains verront une faute ou une balle en touche là où d’autres n’y verront rien.

Le Football draine maintenant des intérêts et des sommes d’argent telles que “les erreurs d’arbitrage” sont devenues inadmissibles pour certains. Elles font cependant partie de ce que l’on appelait autrefois “la glorieuse incertitude du sport”. Il va être difficile pour l’International Board de, à la fois réellement aider les arbitres à mieux appréhender les évolutions du jeu, sans fragiliser leur situation en admettant la possibilité de revenir trop facilement sur sa décision et ainsi d’être encore plus sensible à des pressions.

Il n’aura pas échappé non plus, que beaucoup font du lobbying pour introduire depuis longtemps des temps morts, comme un arbitre qui prend du temps pour “consulter” avant de prendre sa décision par exemple, au milieu d’un match afin de pouvoir profiter de ces arrêts de jeu prolongés pour diffuser de la pub.

Restons positif, et surtout en accord avec nos principes, “faisons confiance à l’arbitre” en l’occurrence L’IFAB pour adopter le meilleur arbitrage dans cette affaire.

Crédit photo : Gimnastic de Tarragona