Des soupçons de financement occulte du Parti de l’actuel homme fort du gouvernement italien, Matteo Salvini, ont une nouvelle fois surgi dans la presse. Le site Buzzfeed, fait état d’une réunion entre trois envoyés du Parti d’extrême droite italienne “La ligue” et de trois émissaires russes pour y discuter d’un montage complexe permettant un financement. Ce serait, une nouvelle étape dans les nombreux contacts entre la Russie et différents Partis de la droite européenne.

Concernant l’Italie, cette hypothèse d’une telle réunion, a déjà été évoquée assez sommairement par des journalistes italiens. Cependant, la rumeur prend de l’épaisseur, car le site d’informations américain, diffuse des extraits d’un enregistrement d’une conversation d’un peu plus d’une heure. On y entend notamment, Gianluca Savoini, 55 ans, qui est le président de l’association culturelle Lombardie-Russie. Cette officine est perçue comme le relais entre Matteo Salvini et le Kremlin.

Gianluca Savoini, évoque clairement la volonté de Matteo Salvini de “changer l’Europe” et de ne plus “ dépendre des décisions des illuminés de Bruxelles, des Etats-Unis. Nous voulons décider”. Les représentants russes saluent la prise de position de Matteo Salvini et proposent de l’aide. Pas n’importe quelle aide, il s’agit d’argent. Celle-ci transiterait par des intermédiaires entourant des livraisons d’hydrocarbures au géant énergétique italien ENI, et qui aurait permis de dégager environ 65 millions de dollars.

Il reste, que la discussion ne permet pas de savoir si cela s’est vraiment passé et si la transaction s’est mise en place. De fait, le ministre de l’Intérieur italien et Gianluca Savoini, ont vivement démenti les accusations de BuzzFeed, même si la réunion, semble bien avoir eu lieu.

Si l’information prend son importance, c’est qu’elle vient dans un contexte plus large au niveau européen. De nombreux soupçons de liens financiers occultes entre Moscou et l’extrême droite européenne, apparaissent au fur et à mesure dans de nombreux pays.

En France, le Rassemblement national, ou plutôt le Front National a bénéficié d’un prêt de 9 millions d’euros en 2014 d’une banque russe, la First Czech-Russian Bank. Ce prêt ne s’est pas fait vraiment dans les règles de l’art. Depuis, la banque russe a fait faillite et les conditions de remboursement de ce prêt par le RN, restent obscures.

Il en est de même au Royaume-Uni, où la justice s’intéresse à un versement de 8,9 millions d’euros reçu par Arron Banks, le financier de la structure, se trouvant derrière les partisans du Brexit.

Dans la même lignée, on se rappelle qu’en Autriche, le Vice-chancelier Hans-Christian Strache, a été contraint de démissionner en mai après la diffusion d’une vidéo le montrant disposé à recevoir des fonds d’un faux oligarque russe. Enfin, en Allemagne, les affinités de certains élus de l’AfD allemande et le Kremlin sont aussi financièrement douteuses.

Crédit photo : NVO