sexeUne étude publiée sur le « Cancer Epidemiology » affirmerait que le nombre de partenaires sexuels aurait un effet positif sur le risque de cancer de la prostate.
Selon l’étude un homme qui a connu sexuellement plusieurs femmes aurait moins de risques de développer un cancer de prostate. Cependant, ce résultat n’est pas fiable s’il a fréquenté des hommes.


Les chercheurs de l’Université de Montréal ont étudié les données médicales et les habitudes sexuelles de près de 3200 hommes dont la moitié est atteinte d’un cancer de la prostate. Les résultats de l’étude ont révélé que les hommes ayant eu 20 femmes dans toute sa vie réduite ses probabilités de développer un cancer de prostate de 28% contre ceux qui n’ont connu qu’une seule femme. «Il est possible que le fait d’avoir connu plusieurs partenaires sexuelles se traduise par une fréquence d’éjaculation plus grande, dont l’effet protecteur contre le cancer de la prostate a été observé précédemment dans des études scientifiques», déclare Marie-Élise Parent, spécialiste sur la recherche sur le cancer de la prostate à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

« Le mécanisme sous-jacent de cet effet protecteur résiderait notamment dans la diminution de la concentration de substances cancérogènes présentes dans le fluide prostatique » ajoute-t-elle. Cependant, un homme qui a fréquenté plus de 20 partenaires masculins dans sa vie présente un risque deux plus important de souffrir un cancer de la prostate contre ceux qui n’en ont pas fréquenté. « On peut émettre une hypothèse hautement spéculative pour tenter d’expliquer cette association. Elle pourrait révéler qu’une plus grande exposition à des ITS augmente le risque d’être atteint de ce cancer, ou encore que la pénétration anale produit une lésion à la prostate ». Selon l’experte, il paraîtrait que l’abstinence sexuelle est néfaste pour la santé. En effet, l’étude a permis de découvrir que les hommes qui n’ont jamais eu de relations sexuelles sont soumis à un risque élevé de développement du cancer de prostate.