La première réunion de l’association des « Amis de Sarkozy » va sans doute être ternie par la charge de Jean-Pierre Raffarin à l’encontre de l’ancien Président.

L’ex-Premier ministre considère que la défaite de l’UMP est attribuable à la stratégie de droitisation adoptée par le candidat de la droite dans l’entre-deux tours. Posture qui selon Raffarin est contraire à « l’essence même de la présidence qui est le rassemblement ».

Alors que les partisans de Nicolas Sarkozy entretiennent habilement la rumeur d’un retour de l’ancien Président de la République, certaines personnalités de droite déplorent cette position. Sur le plateau du Grand Journal de Canal +, Roselyne Bachelot a regretté cette ambiguïté qui empêche l’UMP d’un « nécessaire inventaire ».

La dissonance des voix de l’UMP à l’égard d’un retour de Nicolas Sarkozy dans la vie politique révèle la difficulté du premier parti d’opposition à trouver une orientation pour les campagnes à venir.