Les propos du président de l’Assemblée Nationale dans le journal Le Monde ont eu l’effet d’une bombe dans la majorité socialiste. Critiquant la politique de François Hollande, Claude Bartolone prône un nouveau cap, loin de l’austérité européenne. 

Face à ces propos, les membres du gouvernement se sont tour à tour opposés à une telle stratégie. D’abord Jean-Marc Ayrault qui a loué “l”amitié franco-allemande” sur Twitter et ce en Français et en Allemand. Manuel Valls et Michel Sapin ont ce week-end qualifier d’irresponsables les propos de Claude Bartolone.

Pour autant, lundi 29 avril , ce dernier confirme ses propos sur son blog et souligne la faible nuance entre “la confrontation” et “la tension amicale” prônée par François Hollande. Le président de l’Assemblée Nationale écrit que “l’Europe est un combat politique qu’il nous faut mener”.

Ce qui est certain c’est que la majorité peine à contenir la gauche du parti socialiste, qui serait sans doute encline à voir des poids lourds socialistes entrer dans un gouvernement remanié. Des personnes capables de mener un vrai combat d’idées avec une Allemagne en campagne électorale dans laquelle les orientations de la future politique économique européenne joueront un rôle crucial.