Chaque pays gère différemment ses expats, ses immigrés ou ses migrants, suivant l’importance qu’on veut donner à ces personnes, qui viennent travailler et vivre dans votre pays. À Pékin, les salariés des industries high-tech du quartier de Zhongguancun, ont eu jusqu’à la fin du mois de juillet 2018, pour tenter d’obtenir, via une procédure simplifiée, la résidence permanente.

Précisons, que Zhongguancun est un quartier d’affaires pékinoises, au sein duquel de nombreuses entreprises technologiques ont élu domicile. Les personnes qui y travaillent sont donc des salariés aux profils bien particuliers. Les expatriés exercent dans des start-ups de l’incubateur de Zhongguancun (Beijing’s Zhongguancun Science Park). Ce sont, des professionnels hautement qualifiés en technologie, employés par des sociétés siégeant dans ce même quartier d’affaires.

D’après le journal China Daily, les employés étrangers de ce hub technologique peuvent exceptionnellement bénéficier d’une “carte verte” chinoise, autrement dit d’un permis de résidence permanente, à condition d’en avoir fait la demande entre le 23 et le 31 juillet 2018 et d’être sélectionné sur la base du mérite professionnel.

Cette mesure est rare, renouvelée uniquement deux fois par an pour une période de courte durée. Elle donne immédiatement le statut de résident permanent, elle ne dure au maximum que cent quatre-vingts jours. Elle constitue une occasion en or pour les expatriés souhaitant s’installer durablement en Chine.

Avec une carte verte, les étrangers échappent au renouvellement annuel du visa ainsi qu’à la procédure classique de demande du statut de résident permanent, très fastidieuse. La contrepartie est simple selon le site « Asian Correspondent », les entreprises s’engagent à « promouvoir le développement économique, scientifique et technologique de la Chine ». L’accès à la résidence permanente reste donc limité, l’État ne la délivre que rarement aux étrangers, cherchant en priorité à privilégier ses intérêt.

Crédit photo : Roark-ish