Israël s’employait à empêcher vendredi la venue de centaines de sympathisants de la cause palestinienne en dissuadant les compagnies aériennes de les embarquer.

Plusieurs associations de soutien aux Palestiniens avaient appelé sur internet leurs sympathisants à converger le 8 juillet vers l’aéroport international David Ben Gourion de Tel Aviv, afin de se rendre ensuite dans les territoires palestiniens. Les autorités israéliennes ont qualifié ces sympathisants de “hooligans” et averti qu’elles agiraient avec fermeté contre la ” provocation”que constituerait une telle manifestation. “Tout pays a le droit élémentaire de refuser l’entrée sur son sol de provocateurs”, a réaffirmé jeudi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, lors d’une visite à Sofia.

“Israël a remis aux “compagnies aériennes une liste de 342 personnes indésirables, les avertissant qu’elles seront aussitôt refoulées aux frais des compagnies” a indiqué, la porte parole des services israéliens de l’immigration, Sabin Hadad. Suite à cet avertissement “les compagnies ont refusé d’ores et déjà de prendre à bord quelques 200 de ces passagers” a-t-elle précisé.

Durant la nuit, Israël a refoulé, dès leur arrivée, deux militantes américaines, venues par avion de Grèce, a-t-elle indiqué par ailleurs. Les deux femmes devaient initialement participer à la flottille bloquée en Grèce, alors que celle-ci cherche à forcer symboliquement le blocus maritime de Gaza.

“Roissy sous blocus, Lufthansa collabos !”

A Paris, des dizaines de sympathisants manifestaient vendredi à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle après s’être vu refuser leur enregistrement car leur nom figurait sur une liste envoyée par Israël de “personnes indésirables”.  “Nous resterons ici tant que la compagnie refusera de nous donner un papier nous signifiant ce refus”, a expliqué Mustapha Houamed, 36 ans. “Roissy-Charles de Gaulle est sous occupation israélienne. Nous sommes des gens pacifiques qui n’avons aucune intention de semer le désordre à l’aéroport Ben Gourion”, a déclaré Olivia Zemor, coordinatrice du mouvementBienvenuePalestine en France. “Israël boycott !”, “Nous sommes tous des Palestiniens !”, étaient quelques-uns des slogans des manifestants du terminal 2F. Par ailleurs, trois Français se sont vu refuser d’embarquer vendredi à Bruxelles à bord d’un avion de la compagnie aérienne Swiss à destination d’Israël, toujours à la suite d’instructions des autorités israéliennes.

A l’aéroport de Genève, une cinquantaine de voyageurs provoquaient des retards vendredi matin après s’être vu refuser l’enregistrement de leur vol pour Tel Aviv par la compagnie Easyjet. Par la suite, ces personnes disant appartenir au collectif français des “désobéissants” ayant tenté de franchir les portiques de sécurité, les autorités aéroportuaires ont décidé de bloquer temporairement les points d’embarquement.

Jeudi, neuf passagers avaient été refoulés d’un vol de la compagnie Malev pour les mêmes motifs.