Après la décision de l’Union européenne d’autoriser les contrôles aux frontières dans l’espace Schengen, Amnesty International épingle la France sur sa politique migratoire.

Dans son rapport annuel 2011, l’organisation de défense des droits de l’homme dénonce le traitement qui est fait par la France aux migrants tunisiens ainsi qu’aux Roms. On se rappelle le triste épisode de la chasse aux Roms d’août 2010. Lancée après qu’un papi de 73 ans ait dézingué deux jeunes filles Roms à coup de chevrotine, cette chasse avait été minutieusement mise en œuvre par Hortefeux, en violation avec la législation européenne.

Amnesty souligne également le décalage qui existe entre la politique étrangère et sécuritaire de la France d’une part, et les grandes incantations républicaines sur la France patrie des droits de l’homme d’autre part. Soutien aux régimes répressifs, argumentaire anti-immigré, violence policière à l’encontre des étrangers, projet de loi sur l’immigration qui fragilise les droits des réfugiés, le gouvernement Fillon alimente dans les faits le repli sur soi de la France de peur que les migrants submergent notre pays