Le conseiller régional PS François Kalfon, très proche de Jean-Paul Huchon affirme un « bilan excellent » pour le président sortant. Il s’est effacé pour donner l’avantage à Claude Bartolone qui représentera le PS aux élections régionales d’Ile-de-France, mais souhaite finir son mandat jusqu’au bout. Jean-Paul Huchon, le président du PS sortant continuera de s’exprimer durant la campagne électorale. «Il sera un président politique jusqu’au bout», prévient François Kalfon, un de ses proches.

S’il «faut que chacun se garde de ses calculs», le conseiller régional est confiant que son mentor «continuera à s’appuyer sur la région jusqu’au bout pour continuer à creuser son sillon». «On ne peut pas demander à quelqu’un qui a présidé la région pendant 17 ans de partir sans un pincement au cœur. C’est de l’ordre de la psychologie», remarque Gilles-Maurice Bellaïche, le patron du groupe PS à l’hôtel de région, également proche du sortant. Mais François Kalfon déclare: «Ce ne sont pas les états d’âme qui gouvernent, mais uniquement les décisions».
Jean-Paul Huchon «ne mettra pas la région en stand-by», déclare le conseiller régional. François Kalfon affirme toujours le «bilan excellent» du président sortant et se réjouit que «Claude Bartolone en soit totalement imprégné» alors que la droite s’inquiète sur le fait de ne pas réussir à confronter le président de l’Assemblée nationale aux résultats de l’équipe sortante.
Un élu, proche des frondeurs affirme que l’ex-patron du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone s’est saisi du pli des dossiers régionaux, trois ans après son arrivée à l’Hôtel de Lassay. «C’est comme le vélo. Vous arrêtez six mois, mais vous savez quand même en faire», précise François Kalfon.

«C’est très bien qu’il soit originaire de la Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de la région. Il sera le porte-voix des sans voix», vante le socialiste, qui rôde les premiers éléments de langage contre Valérie Pécresse, la candidate de l’UMP. «Elle a un surmoi aristocratique et élitiste, une haine de l’égalité et porte une vision de caste. Les Franciliens ne l’aiment pas», ajoute-t-il.

Crédit Photo: Parti socialiste/flickr